Traitement médiatique de la mort d'Adama Traoré

Retour sur le traitement médiatique de la mort d’Adama Traoré

Bref, Adama Traoré est mort

Adama Traoré est décédé le 19 juillet dernier, suite à son interpellation par les gendarmes de Beaumont-sur-Oise, dont les circonstances restent floues.

Dans la revue Médiacritique(s) n°21 de Octobre/Décembre 2016, un interview, que Julien Salingue a accordée pour ACRIMED, est publié sur le traitement médiatique de la mort d’Adama Traoré.

Il dénonce le fait que cette information ait été brève (23 secondes) dans le journal télévisée de France 2 du 30 juillet, diffusé entre un reportage sur les moules de l’île d’Oléron, les milliardaires américains ou le chassé-croisé des vacances.

Fausses informations

Surtout les informations diffusées étaient fausses. En effet, dans l’information, si le procureur a bien affirmé, le 28 juillet, que les deux autopsies pratiquées sur Adama Traoré n’avaient mis en évidence « aucune trace de violence susceptible d’expliquer le décès » l’affirmation selon laquelle le jeune homme n’aurait « subi aucune violence » est largement sujette à caution.

Tendance des grands médias

Comme expliqué dans l’interview de Julien Salingue, il y a une tendance des grands médias à adhérer quasi spontanément aux versions policières, et il y a la question du traitement médiatique de ce qu’il se passe dans les quartiers populaires et de la vie des populations qui y résident (Voir à ce propos l’excellent ouvrage de Jérôme Berthaut, La Banlieue du « 20 heures »). Quant à l’idée selon laquelle la justice aurait « conclu » quoi que ce soit, c’est une contre-vérité.

L’accélération du temps médiatique est propice à des polémiques desquelles la réflexion est absente.

Sources : Médiacritique(s) revue n°21

Vous pouvez retrouver cette interview dans la revue Médiacritique(s) n°21 d’ACRIMED 

 

Adama Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *